Avertir le modérateur

12/11/2012

«Quelques bobos au bateau» au large du Cap Finisterre

CapeFinistere1.jpg

Je vous écris ces lignes alors que Savéol glisse vent arrière à seulement 30 milles de la côte portugaise sous un magnifique ciel étoilé.

Des rafales de 35 noeuds

J’ai eu la chance de voir déjà deux étoiles filantes ce soir et bien entendu, j’ai fait un voeu à chaque fois. C'est très agréable de ne plus avoir ce monstrueux nuage noir d’hier soir au-dessus de nous. C’était vraiment stressant de composer avec chaque rafale de 35 noeuds. La mer s’est calmée aussi maintenant.


Plusieurs bonnes tranches de sommeil

Ce magnifique ciel dégagé m’annonce une période plus calme alors je me suis glissée sous une couverture polaire, j’ai mis en route mes alarmes pour me prévenir du passage d’un autre bateau ou d’une bascule de vent. J’ai réussi à m’offrir plusieurs bonnes tranches de sommeil dont j’avais grand besoin.

IMG_0183.jpg

Toutes mes pensées à Marco (Guillemot)

A présent, je suis face à mon ordinateur en train de chercher la meilleure façon de descendre l’Atlantique avec les dernières prévisions météo. Toutes mes pensées à Marco (Safran) avec qui j’ai navigué tout au long du dernier Vendée Globe. Je suis tellement désolée de ton abandon et tu vas beaucoup me manquer cette fois.

 

Bises, Sam (15e au classement du 12 novembre).

09/11/2012

Qu'est-ce que j'embarque à bord?

C'est jour d'avitaillement à bord de Savéol! Entre les plats lyophilisés, les bouteilles d'eau, le pain, pour mon tour du monde, j’embarque 140 kg de nourriture.

Si on ajoute à ça les bouteilles de gaz, les bruleurs pour le réchaud, les produits d'hygiène, les sacs de vêtements, le sac à pharmacie, la boite à outils, le sac de matelotage, le matériel de sécurité, le sac voilerie (qui contient des bouts de rechanges) c'est en tout 10 sacs d'environ 40 kg chacun que je devrais transvaser d'un coté à l'autre de Savéol à chaque manœuvre...

 

05/11/2012

«Toute la ville vit pour le Vendée Globe»

«J’ai hâte de partir des Sables d’Olonne, on ressent quand même de l’impatience à quelques jours du départ. Malgré tout, c’est quand même chouette d’être ici, je profite au maximum. Toute la ville vit pour le Vendée Globe, on a même du mal à croire que tous ces gens ne sont là que pour de la voile. L’ambiance est vraiment géniale, c’est une expérience unique à vivre. On s’est pas mal vus la première semaine aux Sables mais maintenant, on se croise assez peu avec les autres skippers car on enchaîne les rendez-vous avec les partenaires, les médias, on signe des autographes… On se retrouve de temps en temps autour d’un café mais c’est assez rare.

Je suis assez sereine, on a bien préparé le bateau avec toute mon équipe. Je ne suis pas du genre à tout revérifier à quelques heures du départ, on n’a fait que ça les mois précédents. Je pars moins dans l’inconnu qu’il y a quatre ans mais c’est quand même l’aventure. On ne sait jamais ce qui peut se passer lors de cette course.

Je n’ai pas trop le temps de toucher à mon bateau. Pour y arriver, c’est déjà compliqué avec tout le public qui demande des autographes, des photos… Ils veulent qu’on reste au maximum sur le pont pour nous voir. Dimanche matin, je suis arrivée tôt au port pour pouvoir être tranquille dans mon bateau et régler deux ou trois points avant le départ.

Ecrire ce blog pour 20 Minutes est une chance. Je veux faire partager au maximum cette expérience. Le Vendée Globe est un moment magique, je veux que les gens aient du plaisir à suivre cette aventure avec moi.»

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu